Accueil / Immigration / Ensauvagement en 2021 : explosion des fusillades à Montréal

Ensauvagement en 2021 : explosion des fusillades à Montréal

Sputnik News >

Dans la métropole québécoise, l’année 2021 aura été marquée par une fulgurante augmentation du nombre de fusillades. La criminologue Maria Mourani déplore une nouvelle guerre de gangs et le manque de ressources de la police pour y mettre fin.

La Ville de Montréal est depuis un an aux prises avec une grave flambée de violence, qui ne semble pas près de s’atténuer en 2022. « L’inquiétude est là. Des gens reçoivent des balles dans leurs fenêtres. […] Dans les quartiers chauds, on commence à dire qu’il vaut mieux ne pas sortir« , constate la criminologue Maria Mourani à notre micro.

De fait, 187 événements impliquant des coups de feu ont été enregistrés par les autorités en 2021, une augmentation de 30% par rapport à 2020. De même, 367 balles ayant percuté une surface ont été récupérées par les policiers en 2021, une hausse de 67% par rapport à l’année précédente. Il s’agit du plus lourd bilan de la métropole en dix ans.

Des ados tués en pleine rue

À l’origine de cette flambée de violence: une nouvelle guerre entre les deux principaux gangs de Montréal, à savoir les « Crips » et les « Bloods », souligne Maria Mourani. Une guerre qui profite aussi du manque de ressources des autorités policières pour intervenir:

« Premièrement, on voit qu’il y a une guerre entre les deux grandes familles de gangs et à l’intérieur des deux grandes familles. Deuxièmement, les coupures budgétaires dans les escouades spécialisées empirent la situation. Troisièmement, il y a une plus grande accessibilité aux armes: c’est maintenant plus facile de se fabriquer des armes artisanales », analyse l’ex-députée fédérale à Ottawa (2006-2015).

En guise d’explication, Maria Mourani pointe aussi le « sentiment d’impunité » dont bénéficieraient les membres des gangs de rue pour faire la loi:

« Le malaise est très présent […] On voit bien sur le terrain qu’il y a un désengagement de la police qui est plus fort dans certains secteurs. […] Du côté des policiers, on a un sentiment d’impuissance. C’est toujours là: les agents ne veulent pas se faire traiter de racistes », observe la criminologue.

Le 14 novembre dernier, un adolescent de 16 ans était assassiné en pleine rue, le troisième en 2021, pour des motifs toujours inconnus des autorités. Le 22 novembre dernier, Valérie Plante, maire de Montréal, et le Premier ministre québécois, François Legault, ont tenu une conférence de presse commune pour tenter de rassurer la population de la métropole québécoise face à la multiplication des incidents violents. « C’est une violence inacceptable que l’on ne veut plus voir à Montréal. On va donner un grand coup dans les prochains mois. […] Ce n’est pas le Montréal qu’on aime« , avait alors insisté François Legault.

>>> Lire l’article complet de Jérôme Blanchet-Gravel

Voir également

Loi 96 : le gouvernement des juges rouges déclare la guerre au Québec français

La Presse > Il y a quelque chose de très caquiste dans la réforme de …

Un commentaire

  1. Les noirs ont des tendances criminogène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.