Sèche tes pleurs, Justin.
Accueil / Élections 2021 / Élections inutiles à 612 millions $ : Justin Trudeau commence à regretter sa décision

Élections inutiles à 612 millions $ : Justin Trudeau commence à regretter sa décision

La Presse >

La question est venue tôt dimanche soir à l’émission spéciale de Radio-Canada avec les cinq chefs.

Justin Trudeau regrette-t-il d’avoir déclenché des élections ?

Bien sûr qu’il a répondu « non ». Mais à tout le moins, il doit commencer à avoir de petits doutes.

Les libéraux sont désormais à égalité statistique avec les conservateurs, autant dans les intentions de vote que dans les projections de sièges. Selon l’agrégateur de sondages 338Canada, au début de la campagne, M. Trudeau avait 90 % de chances de garder le pouvoir. C’est maintenant une élection à pile ou face. Et dans une course aussi serrée, l’avantage va habituellement au parti en ascension.

La dernière projection de Qc125 (Canada 338).

À quelques jours du premier débat des chefs, les gens suivent encore la campagne à une distance très sécuritaire… Le chef libéral a un peu de temps pour appliquer les freins et renverser la tendance. Mais la descente pourrait aussi s’accélérer.

L’émission spéciale a rappelé la situation difficile dans laquelle M. Trudeau a choisi de se plonger. Son dernier budget contient des engagements massifs de 100 milliards en trois ans. Puisque ce programme n’était pas menacé, il doit trouver d’autres promesses pour justifier les élections. Car faire d’une campagne un référendum sur sa personne n’est jamais une stratégie gagnante. Surtout pas après six années au pouvoir.

Le chef libéral doit aussi défendre sa gestion de deux crises complexes, la COVID-19 et l’Afghanistan. Il ne les a pas créées et il ne peut rien faire de mieux que minimiser les dégâts. Mais à en juger par le chaotique rapatriement des Afghans de Kaboul, nombreux sont ceux qui estiment que le pire aurait pu être évité.

Ces élections pandémiques devraient être les plus coûteuses de l’histoire.

M. Trudeau aurait préféré être face à ses adversaires. Il préconise la stratégie de l’épouvantail : se dire plus pragmatique que les néo-démocrates et plus progressiste que les conservateurs.

La seule consolation pour lui, c’est que l’émission n’était pas écoutée dans le Canada anglais.

(…)

>>> Lire la suite de la chronique de Paul Journet

Voir également

En rappel : Alexandre Boulerice est un militant antifa

Eugène d’Estimauville de Beaumouchel > Alexandre Boulerice, le dernier député néo-démocrate du Québec, n’est pas …

4 commentaires

  1. Tu peux facilement promettre des dizaines de milliard de dollars en engagements et nananes de toute sorte quand c’est toi qui contrôle la planche à billets et que tu peux piger quasiment sans restriction dans les poches des con-tribuables.

    Dans une société individualiste où plusieurs peinent à joindre les 2 bouts, il y en aura peu pour s’opposer à une augmentation faramineuse de la dette, d’autant plus que plusieurs attendent un chèque du gouvernement, à commencer par les médias subventionnés à coup de centaines de millions.

    Ceci dit, 612 millions de dollars pour se débarrasser de Trudeau, c’est une aubaine! Reste à voir si O’Toole serait vraiment mieux, c’est aussi un mondialiste. Blanc bonnet, bonnet blanc.

    • Rien n’est pire qu’un libéral, à part peut-être un néo-démocrate ou un vert.

      O’Toole est prêt à donner au Québec la déclaration de revenus unique et plus de pouvoirs en immigration (regroupement familial) et en matière de logement. Il s’est aussi engagé à ne pas contester (directement) la loi 21 et à ne pas mener d’évaluations environnementales sur les projets qui relèvent de Québec.

      De plus, il est opposé au passeport vaccinal interne, ferait marche arrière sur le décret anti-armes de Trudeau et a combattu la censure d’Internet voulue par l’actuel gouvernement.

      O’Toole est loin d’être parfait, mais il est nettement moins néfaste que Justin. Le mieux est l’ennemi du bien. À court terme, un gouvernement conservateur minoritaire avec la balance du pouvoir détenue par le Bloc serait probablement le meilleur scénario pour les nationalistes québécois.

      • O’Toole n’est pas parfait, il est moins pire mais il vient quand même de faire marche arrière. Il veut instaurer un système national de preuve vaccinale et vise un taux de vaccination de 90%. Selon les journalistes, il refuse de préciser sa promesse sur les armes. S’il est élu, il sera sans doute pour la censure d’internet. Blanc bonnet, bonnet blanc.

        L’humoriste français Coluche disait : « Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. »

  2. Vous pensez quoi de la chaîne sur YouTube :7 jour sur terre. Je m’adresse à hqa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.