Accueil / Multiculturalisme / Fausse nouvelle : Radio-Canada ment volontairement pour défendre le multiculturalisme canadien

Fausse nouvelle : Radio-Canada ment volontairement pour défendre le multiculturalisme canadien

L’aut’journal >

« Une enseignante sikhe quitte le Québec en raison de la loi sur la laïcité ». titrait Radio-Canada le 23 août dernier. Dans un article qui fleurait bon la charge à fond de train contre la laïcité, le bras médiatique du gouvernement d’Ottawa nous enfilait une série de clichés, d’insinuations et d’omissions qui en ont laissé plusieurs éberlués. Voici quelques morceaux choisis.

On commence à expliquer que cette jeune femme « quitte » le Québec (à noter que le terme choisi originalement était « fuir » et que Radio-Canada l’a modifié) : « Amrit Kaur explique les raisons qui l’ont poussée à quitter le Québec et sa Loi sur la laïcité de l’État, et à commencer une nouvelle vie en Colombie-Britannique. »

On y va ensuite plus explicitement en disant qu’elle a « dû » quitter  le Québec (comprendre « sous la contrainte ») en mettant une bonne couche de pathos : « Elle regrette cependant d’avoir dû quitter ses amis et la province où elle habitait depuis l’âge de 5 ans afin de poursuivre la carrière qu’elle aime. »

Puis on en rajoute une couche en imaginant une scène digne d’un film Hollywoodien en utilisant la technique de la fausse synchronicité : « Nouvellement diplômée en enseignement, Mme Kaur a appris que la Loi sur la laïcité de l’État avait été adoptée le 16 juin, le soir même où elle célébrait la fin de ses études. »

Vers la fin de l’article, le chat sort cependant du sac : « Amrit Kaur n’est pas seulement une enseignante; elle est aussi une militante. Elle est vice-présidente pour le Québec de l’Organisation mondiale des sikhs du Canada, qui a ajouté sa voix à la contestation de la loi 21 devant les tribunaux. » Voilà.

Avec ce « reportage », Radio-Canada prête en fait sa tribune – financée à même nos impôts – à une organisation qui conteste la loi 21 du gouvernement du Québec – votée démocratiquement – devant les tribunaux. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les standards de rigueur journalistique ont pris le bord à Radio-Canada. Comme c’est souvent le cas quand il est question du Québec. Cela n’est pas du « journalisme » et de « l’information ». La société d’état verse tout simplement dans la propagande. La correction subséquente du titre (« quitte » au lieu de « fuir ») est un aveu.

La consultation de la page Linkedin de Mme Kaur nous fournit une partie de l’éclairage que Radio-Canada refuse de nous fournir. On y apprend que Mme Kaur a gradué de John Abbott College avec un DEC en 2011. De Concordia University avec un « Bachelor of Arts (anthropology and sociology) » en 2015. Ensuite de la University of Ottawa avec un « Bachelor of Education » en 2019.

La jeune femme que Radio-Canada nous présente comme un modèle d’intégration ayant dû « fuir » le Québec avait donc déjà choisi de quitter le Québec en 2017 pour effectuer sa formation en anglais en éducation en Ontario. Formée en Ontario, elle n’a donc pas l’autorisation automatique d’enseigner au Québec, comme il est expliqué ici. Notons que son déménagement à Vancouver est un heureux hasard : cette ville est une des bases principales de l’activisme sikh au Canada. Mme Kaur est d’ailleurs, autre heureux hasard, une des vice-présidentes du World Sikh Organization, basé principalement à Vancouver.

Résumons : Cette « enseignante », qui n’enseignait pas, avait déjà quitté le Québec depuis longtemps au moment du reportage. Radio-Canada se livre donc, à nos frais, à une séance de « Québec bashing ».

>>> La suite de l’article de Frédéric Lacroix.

Voir également

Racisme systémique, CHSLD 2SLGBTQIA+, écoles genderqueer : les revendications délirantes de Fierté Montréal

L’Hebdo Journal > MONTRÉAL — De retour pour une 15e année à partir de lundi, …

2 commentaires

  1. Êtes vous seul à constater ce fait ? Je crois plus de journalistes devraient échanger là dessus.

  2. Radio Canada sa fait longtemps que j’y croit plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.