La candidate « Black power » de Legault est en train de devenir une catastrophe pour les opportunistes de la CAQ qui croyaient faire un bon coup.
Accueil / Société / Hécatombe dans les CHSLD : la candidate woke de la CAQ blâme la CAQ

Hécatombe dans les CHSLD : la candidate woke de la CAQ blâme la CAQ

Le Devoir >

La candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Marie-Victorin, Shirley Dorismond, n’a pas toujours cautionné la gestion pandémique du gouvernement de François Legault. Dans une vidéo datée de mai 2021, elle trace une ligne directe entre le manque d’équipement de protection individuelle dans le réseau et l’hécatombe dans les CHSLD.

Lors d’un débat virtuel organisé en mai 2021 par l’Institut Santé et société de l’Université du Québec à Montréal [au cours duquel Dorismond a blâmé le racisme systémique pour le taux de mortalité plus élevé chez les personnes racisées lors de la première vague, NDLR], l’infirmière de formation critique vivement la gestion de crise du gouvernement, notamment dans les centres de soins de longue durée.

Voyez des extraits dans la vidéo ci-dessous :

« Si on avait fourni une protection adéquate depuis le début, des [masques] N95, des gants, des uniformes, et ce, dans tous les secteurs […], je crois sincèrement qu’on aurait évité tous ces décès massifs en CHSLD », peut-on l’entendre dire dans la vidéo, qui a resurgi mardi.

« Le gouvernement a fait le choix de remettre l’équipement aux hôpitaux en premier lieu, poursuit-elle. On a laissé pour compte les CHSLD. »

Shirley Dorismond représentera la CAQ lors de l’élection complémentaire dans la circonscription longueuilloise. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’oppose publiquement aux positions de celui qui est désormais son chef. L’automne dernier, l’infirmière et représentante syndicale en santé accusait François Legault d’être « complice d’une violence organisationnelle subie par les membres de [sa] profession, composée à 90 % de femmes ».

Elle a aussi affirmé qu’il « n’y aura pas de justice sociale tant que le racisme systémique existera ». François Legault nie l’existence même de ce concept.

Le gouvernement est accusé d’avoir détruit des preuves pour couvrir le scandale des CHSLD.

« Pas drôle »

Dans l’extrait du débat qui a refait surface mardi, Mme Dorismond n’y va pas de main morte envers la gestion de crise. « Je vous le dis : au début de la pandémie, les infirmières en soutien à domicile, ce n’était pas drôle. Elles ne pouvaient même pas avoir des masques de procédure. Elles se fabriquaient des masques en tissu et se mettaient des sacs-poubelle pour se protéger. »

On l’y entend aussi plaider pour une plus grande autonomie de la Santé publique. Dans la foulée du départ d’Horacio Arruda, les groupes d’opposition à l’Assemblée nationale ont réitéré récemment leur désir de voir apparaître une muraille de Chine entre le gouvernement et les autorités de santé publique.

Outre les patients morts de déshydratation ou par manque de soins, plusieurs aînés qui auraient pu s’en tirer aurait été euthanasiés!

« Elle devrait être autonome. L’impartialité, le côté imputable, on se questionne vraiment… » lançait-elle.

[…]

>>> Lire l’article complet de François Carabin

Pour en savoir plus :

Enquête sur la pandémie en CHSLD : des rapports d’inspection détruits

Aînés affamés et déshydratés: «ils ont crevé de faim»

Enquête sur la COVID-19 en CHSLD: des patients «euthanasiés», selon un médecin

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.