Violeurs et tueurs de sexe masculin dans des prisons pour femmes : le délire trans met les femmes en danger.
Accueil / Société / Le gouvernement Trudeau va transférer les hommes se prétendant femmes dans des prisons féminines

Le gouvernement Trudeau va transférer les hommes se prétendant femmes dans des prisons féminines

Campagne Québec-Vie >

Les hommes biologiques canadiens qui « s’identifient » comme des « femmes » sont maintenant officiellement autorisés à être transférés d’une prison pour hommes à une prison pour femmes s’ils le demandent et que leur demande est approuvée.

Selon une récente directive du Service correctionnel du Canada (SCC), la nouvelle politique publiée mercredi indique que les transferts de détenus seront autorisés indépendamment de « l’identité ou de l’expression sexuelle ».

« Après avoir terminé le processus d’évaluation initiale, les délinquants seront placés selon leur identité ou leur expression sexuelle dans un établissement pour hommes ou pour femmes, si telle est leur préférence, quel que soit leur sexe (c’est-à-dire leur anatomie) ou le marqueur de genre/sexe figurant sur leurs documents d’identité », indique la directive.

La directive, intitulée « Directive du commissaire 100 — Délinquants de sexe différent », indique clairement comment le processus de transfert doit se dérouler. Elle exige également que le personnel correctionnel suive une formation sur la « diversité des sexes ».

Le gouvernement Trudeau a transféré un meurtrier pédo-cannibale dans une prison pour femmes. Il a maintenant accès à des enfants.

La nouvelle directive du commissaire précise que les détenus de sexe masculin qui souhaitent être logés dans une prison pour femmes devront se soumettre à un processus d’évaluation avant que le transfert ne soit approuvé.

Le dernier mot sur l’autorisation du transfert d’un détenu reviendra au commissaire adjoint aux opérations et aux programmes correctionnels ainsi qu’au commissaire adjoint pour les femmes.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau a fortement encouragé à la fois les initiatives pro-avortement et celles en faveur de l’idéologie LGBTQ radicale.

En effet, en 2017, Trudeau a déclaré que son gouvernement s’engagerait à reconnaître que « les droits des trans sont des droits humains et nous devons nous assurer que nous défendons la dignité et les droits de chacun de toutes les manières possibles. »

Cette année-là également, les hommes biologiques qui s’identifiaient comme une femme ont été autorisés à titre provisoire par le SCC à être placés dans des prisons pour femmes.

La récente directive rend plus ou moins permanente la politique qui permet à un détenu, quel que soit son sexe de naissance, de choisir une prison pour hommes ou pour femmes s’il s’identifie à un autre sexe.

Bien que de nombreux groupes de défense des droits des femmes soient très favorables à l’avortement ainsi qu’à la communauté LGBTQ, beaucoup ont critiqué la décision de permettre aux hommes biologiques d’entrer dans une prison pour femmes, la considérant comme une menace pour leur sécurité.

Un prédateur sexuel se faisant appeler Karen White a été reconnu coupable de deux agressions sexuelles perpétrées dans une prison pour femmes britannique.

Dans un récent reportage de True North, Heather Mason, ancienne détenue fédérale et porte-parole de l’organisme Canadian Women’s Sex-Based Rights, a déclaré que les prisons pour femmes devront accroître la sécurité en raison des tendances plus agressives des hommes.

Mason a noté que les prisons pour femmes ont moins de « mesures de sécurité » et qu’il n’y a pas d’« armes » mais seulement une « clôture de huit pieds ».

Mason a déclaré qu’une « forte proportion d’hommes en sécurité maximale » « cherchent à être transférés, ce qui aura un impact sur les femmes indigènes ».

« Comme vous le savez, 50 % de notre population carcérale est autochtone et environ 50 % des femmes en sécurité maximale sont également autochtones », a déclaré Mason.

Mason a fait remarquer que le fait de loger des hommes biologiques avec des femmes entraînera probablement « des protestations de la part des gardiens, qui veulent des mesures de sécurité accrues ».

Mason a également déclaré que la nouvelle politique est carrément l’œuvre de Trudeau.

« À l’origine, ils ont publié une politique qui prévoyait encore des transferts fondés sur le sexe, sauf qu’ils ont modifié les exigences relatives à l’opération de réassignation sexuelle », a indiqué Mme Mason.

Elle ajoute que c’est à ce moment-là que « Trudeau lui-même, lors de l’assemblée publique, a dit : “Oh, je n’y avais jamais pensé, nous allons changer cela”. Donc c’était définitivement un truc libéral de Justin Trudeau ».

Il est arrivé que des femmes soient agressées sexuellement dans des prisons canadiennes par des détenus de sexe masculin.

Une récente décision de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) a révélé qu’une détenue était fréquemment agressée sexuellement par un homme biologique, qui était autorisé à être emprisonné à l’établissement Grand Valley pour femmes de Kitchener, en Ontario.

Cela a donné lieu à de récentes protestations dans de nombreux établissements pénitentiaires au Canada, ainsi qu’à certains aux États-Unis, où quelques États autorisent les « femmes trans » à être logées dans des prisons pour hommes.

[…]

>>> Lire l’article complet d’Anthony Murdoch

Pour en savoir plus :

Trudeau en délire : transgenre pédo-cannibale dans une prison pour femmes – Horizon Québec Actuel (horizonquebecactuel.com)

Transgender prisoner who sexually assaulted inmates jailed for life | Prisons and probation | The Guardian

2 inmates at women-only NJ prison became pregnant from transgender convict – YouTube

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.