L'obsession diversitaire commence à nuire à la recherche scientifique et risque d'accélérer le déclin de l'Occident.
Accueil / Multiculturalisme / Le mérite, un concept raciste selon le gouvernement Trudeau?

Le mérite, un concept raciste selon le gouvernement Trudeau?

National Post >

Un scientifique canadien primé a déclaré que le gouvernement fédéral lui avait refusé deux subventions pour ses recherches en raison d’un « manque de diversité », et ce même s’il est d’origine indienne et affirme avoir souffert du racisme à plusieurs reprises.

Patanjali Kambhampati, professeur au département de chimie de l’Université McGill à Montréal, croit que ce qui lui a fait perdre la dernière subvention est une ligne dans le formulaire de demande où il a été interrogé sur l’embauche de personnel en fonction de critères diversitaires. Il affirme que son erreur a été de maintenir qu’il embaucherait au mérite tout assistant de recherche qualifié, quelle que soit son identité.

Alors que l’homme blanc ne cesse de s’autoflageller, la Chine totalitaire crée des enfants génétiquement modifiés pour dominer le monde de demain.

« Nous embaucherons les personnes les plus qualifiées en fonction de leurs compétences et de leurs intérêts pour nos projets », a répondu Kambhampati dans le formulaire.

« Deux personnes m’ont dit que c’était le baiser de la mort », a déclaré Kambhampati. « Je pensais que j’agissais correctement en embauchant au mérite. Je ne me soucie pas de la couleur de votre peau. Je suis intéressé à embaucher quiconque souhaite travailler sur le projet et a les compétences requises pour faire avancer la science. »

Kambhampati a déclaré qu’il n’avait pas rendu public le rejet de la première subvention, mais qu’il avait décidé de s’exprimer maintenant parce que l’obsession croissante du gouvernement pour l’équité, la diversité et l’inclusion, alias « EDI », ainsi que le wokisme, tuent l’innovation, nuit à la science et perturbe la société.

« Je crois que c’est important de dénoncer cette situation. Je ne serai plus réduit au silence », a-t-il déclaré.

Les travaux de Kambhampati visent à développer des lasers ultra-rapides qui pourraient avoir des applications variées allant des télécommunications à la médecine. Il croit que le Canada peut devenir un chef de file mondial dans ce domaine.

Mais sa demande de subvention de 450 000 $ a été rejetée ce mois-ci par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) parce que, selon le Conseil, « les engagements au niveau de l’équité, de la diversité et de l’inclusion ont été jugées insuffisants ».

Il y a un an, sa demande de subvention au fonds Nouvelles frontières en recherches, financé par le gouvernement fédéral – dont l’objectif est de « soutenir des recherches canadiennes de calibre mondial, interdisciplinaires, internationales, à haut risque, à haut rendement, transformatrices et pouvant donner lieu à des interventions rapides » – a également été rejetée pour des motifs similaires.

Étant donné que les deux demandes ont été rejetées par la bureaucratie fédérale, cela signifie qu’elles n’ont pas franchi l’étape où elles seraient transmises à d’autres scientifiques pour examiner les propositions de Kambhampati.

Mais Kambhampati a déclaré que fonder ses décisions d’embauche sur le mérite est une position morale qui vaut la peine d’être défendue.

« Les social justice warriors ont une attitude sectaire et moralisatrice digne des pires intégristes religieux. Et maintenant, les gens ont peur de les défier. Mais je pense qu’il est normal de défendre l’égalité devant la loi. Je crois que la méritocratie est une position moralement valable. »

McGill a déjà annoncé qu’elle allait pratiquer la discrimination positive pour que plus de Noirs sous-qualifiés obtiennent un diplôme de médecine!

Le CRSNG n’a pas souhaité commenter.

À peu près au même moment où la dernière demande de Kambhampati a été rejetée, une autre branche du gouvernement, les Instituts de recherche en santé du Canada, ont accordé à la Dre Lana Ray, professeure à l’Université Lakehead de Thunder Bay, en Ontario, une subvention de 1,2 million de dollars pour étudier la prévention du cancer à l’aide de pratiques de guérison autochtones traditionnelles. Lorsque le prix a été annoncé, Ray a déclaré: « Nous devons traiter les facteurs de risque prévalents du cancer comme des symptômes du colonialisme ».

[…]

En tant que scientifiques, a déclaré Kambhampati, « nous ne croyons pas en l’EDI. Nous croyons au mérite, à l’équité et à l’égalité. Nous devons être justes et traiter les gens comme des égaux. »

Cependant, « si je veux en rester au mérite, à l’équité et à l’égalité, alors on m’accuse d’être raciste ou sexiste et je refuse de tolérer ça », a déclaré Kambhampati.

« En fait, des étudiants blancs ultra-progressistes m’accusent constamment de racisme. Ils prétendent que j’ai intériorisé le racisme. Si un non-Blanc combat le racisme antiblanc des wokes, ces derniers diront que cette personne a intériorisé le racisme. »

Kambhampati croit que l’idéologie woke, qui est omniprésente sur les campus et s’est immiscée au sein de la bureaucratie, crée deux problèmes majeurs: l’autocensure et une résistance à aborder plusieurs enjeux importants.

« Il y a beaucoup d’autocensure. C’est évident chez les jeunes à l’université. Ils ont peur de parler. Cela nous empêche de faire progresser notre compréhension du monde. »

« En tant que scientifique, notre travail consiste à réfléchir au fonctionnement de la nature, à poser des questions et à trouver des réponses en dépassant nos préjugés. Nous ne pouvons plus le faire. Nous ne pouvons plus étudier en toute franchise le fonctionnement de la nature et des êtres humains parce que les wokes interfèrent dans nos travaux et disent: « Il y a certaines questions que vous n’avez plus le droit de poser. Vous êtes raciste. Vous êtes sexiste. Vous êtes homophobe. Vous êtes colonialiste. » Les wokes sont très habiles pour intimider les chercheurs dont ils n’approuvent pas les thèses. »

Le lien entre race et intelligence, un sujet radioactif que la plupart des chercheurs ont peur d’aborder.

« Les gens ont peur de penser. Les gens ont peur de dire ce qu’ils pensent. »

Kambhampati a déclaré que l’endoctrinement woke s’était accéléré au cours des dernières années. « Et maintenant, c’est la culture dominante », mais il croit qu’il y a « 90% de gens normaux contre un 10% très vocal qui tente de faire taire la majorité ».

[…]

Texte traduit par Eugène d’Estimauville de Beaumouchel.

Voir également

« Génocide », « croix gammée », « cruel » : les Mohawks exigent que la croix du mont Royal soit retirée

Métro > Lors d’une conférence de presse donnée au pied du mont Royal le 27 juillet dernier, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.