Le passeport sanitaire et la vaccination obligatoire vont engendrer des faillites et des pertes d'emploi.
Accueil / Société / Passeport vaccinal : les commerçants craignent d’être ruinés

Passeport vaccinal : les commerçants craignent d’être ruinés

Radio-Canada >

Dès le 1er septembre, un passeport vaccinal sera exigé au Québec à l’entrée des bars, des restaurants et des salles de sport. Il sera aussi obligatoire pour assister aux festivals ou se rendre dans les « lieux intérieurs de grande activité ». Prêts ou pas, les commerces n’auront pas le choix d’appliquer la mesure, alors que le milieu des affaires doit composer avec plusieurs autres casse-têtes liés à la pandémie de COVID-19.

D’après Laurent Blanchet, directeur des opérations au Saint-Houblon, un bar-restaurant situé au cœur du Quartier latin à Montréal, la pénurie de main-d’œuvre complique l’application du passeport vaccinal.

D’un point de vue personnel, je sais qu’il y a du bon dans cette mesure, dit-il en entrevue. Dans l’équipe, c’est quand même controversé. Mais ce qui m’inquiète, c’est qu’on n’a pas assez de personnel pour offrir le service que l’on voudrait offrir tous les soirs.

M. Blanchet explique que son personnel est épuisé et qu’il ne voit pas comment il va faire pour leur demander de valider le passeport vaccinal à tous les clients du bar. Ils font des journées de 12 heures ou 15 heures. C’est impossible d’ajouter quelqu’un sur le plancher présentement. On n’a tout simplement pas d’employés pour le faire.

Si les gens arrivent tout prêts avec leur téléphone, peut-être que ça va bien se passer. Mais d’expérience, ce genre de choses, comme avec le registre, ça demande énormément de temps à notre personnel qui est déjà débordé.

– Laurent Blanchet, directeur des opérations au Saint-Houblon

Le copropriétaire du restaurant Le Continental à Québec Mathieu Pettigrew regrette le manque d’informations sur l’application de la mesure. Quand il y a des files d’attente, il faut que ça soit rapide et efficace. C’est cela qu’on veut, s’exclame-t-il.

Stéphane Gagnon, le propriétaire de Syner Gym, craint que le passeport vaccinal lui occasionne des pertes. On va faire la police dans le gym et je pense qu’il y a des gens qui ne vont pas beaucoup aimer cela, ajoute-t-il.Je suis pas mal certain qu’on va encore perdre de la clientèle.

Les réactions des clients

Les commerçants craignent également les réactions de la clientèle lorsque viendra le moment de vérifier leur statut sanitaire. Plusieurs redoutent la mauvaise humeur de certains. Est-ce que la population embarquera facilement et se montrera compréhensive face aux délais supplémentaires?, s’interroge Laurent Blanchet.

De son côté, le gérant du Théâtre Sainte-Catherine, Adama Diop, se dit prêt pour la mesure. On en a déjà parlé entre nous, indique-t-il. Avec les mesures qu’on a déjà avec la COVID-19, on a créé un nouveau poste de gérant de salle. Ça va être son rôle de vérifier.

M. Diop admet que le passeport vaccinal s’ajoute à une longue liste de charge de travail bien remplie. Il ajoute que ce n’est pas forcément dans sa nature de dire non pour refuser l’accès à des personnes qui ne seraient pas vaccinéesmais il va falloir être beaucoup plus exigeant, laisse-t-il tomber.

(…)

>>> Lire l’article complet d’Alexis Gagnon

Voir également

Ensauvagement de Montréal : les gangs exécutent des innocents dans le cadre d’un jeu sadique

Journal de Montréal > Le phénomène du scoring, qui pourrait être responsable d’au moins une des …

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.