Accueil / Multiculturalisme / Toronto : La hausse de la criminalité imputable aux immigrés extra-européens

Toronto : La hausse de la criminalité imputable aux immigrés extra-européens

Sputnik News >

Serait-ce la fin d’un rêve canadien? Le 14 novembre dernier, la ville de Toronto égalait un triste record, vieux de 28 ans, en atteignant le nombre de 89 meurtres pour 2019.

À plusieurs reprises dans les derniers mois, le chef de police de Toronto, Mark Saunders, a tenté de rassurer ses concitoyens, mais le sentiment d’insécurité reste palpable. Malgré l’augmentation des budgets de la ville pour contrer la flambée de violence, les fusillades s’enchaînent. Le week-end du 10 et 11 août 2019, 14 fusillades ont été recensées par les autorités.

«Il est plus facile d’obtenir une arme que d’obtenir un emploi à Toronto», déclarait le 28 novembre dernier à Radio Canada Louis March, fondateur de Zero Gun Violence, un organisme voué à contrer la violence dans la région torontoise.

Sans grande surprise, la plupart des fusillades et homicides à Toronto sont le fruit de membres de gangs de rue. 142 meurtres ont eu lieu dans la l’agglomération de Toronto en 2018 (Greater Toronto Area), une hausse de 50% par rapport à 2017.

​Mais quelles sont les causes de ce phénomène? Pour le criminologue Jean Claude Bernheim, des causes sociales expliquent d’abord cette nouvelle flambée de violence.

[…]

Le criminologue et enseignant pointe également l’accroissement très rapide de la population dans la Ville-Reine et en périphérie. Ville de 2,7 millions d’habitants –6 millions avec son agglomération–, Toronto accueille chaque année des milliers d’immigrés d’origines diverses. Cette réalité démographique contribuerait à faire grimper en flèche le coût des loyers, affectant par le fait même le niveau de vie des gens dans le besoin, parmi lesquels –paradoxalement– de nombreux immigrés.

«Toronto est une ville qui reçoit énormément d’immigration. C’est une ville très attractive sur le marché de l’emploi. Le phénomène est aussi lié à la croissance démographique […]. Statistique Canada a déjà conclu dans des études qu’il y avait une corrélation entre le nombre de crimes commis à un certain endroit et l’existence de populations marginalisées. Plusieurs crimes impliquent des gens issus de l’immigration, car ils se trouvent dans une situation précaire», précise-t-il.

Le criminologue Jean Claude Bernheim

Jean Claude Bernheim persiste et signe. S’il y a encore moins d’inégalités sociales au Canada qu’aux États-Unis, il estime qu’elles pourraient mener à une situation chaotique si elles continuent d’être ignorées des pouvoirs publics. À tel point que ces inégalités pourraient finir par entacher la réputation du Canada –pourtant considéré comme un eldorado progressiste– à l’international, estime-t-il.

«La criminalité augmente d’Est en Ouest au Canada. Mais quand on regarde les données, on se rend compte que la violence augmente là où il y a des inégalités et de graves problèmes sociaux. Par exemple, les populations autochtones seront statistiquement plus enclines à commettre des crimes. […] Au Canada, de nombreux politiciens se refusent à commander des enquêtes sur la situation, car c’est une réalité qu’ils ne veulent pas voir», a-t-il conclu à notre micro.

>>> La suite de l’article de Jérôme Blanchet-Gravel.

Voir également

Racisme systémique, CHSLD 2SLGBTQIA+, écoles genderqueer : les revendications délirantes de Fierté Montréal

L’Hebdo Journal > MONTRÉAL — De retour pour une 15e année à partir de lundi, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.