Les objectifs de Charest : s'en mettre plein les poches, détruire le nationalisme québécois et faire du Parti conservateur un Parti libéral bis.
Accueil / Multiculturalisme / John James Charest ou la mafia libérale à l’assaut du Parti conservateur du Canada

John James Charest ou la mafia libérale à l’assaut du Parti conservateur du Canada

La Presse >

Jean Charest lancera jeudi sa campagne à la direction du Parti conservateur du Canada à Calgary, histoire de montrer qu’il a du soutien dans l’ouest du pays. On comprend l’importance stratégique de le faire.

Mais, au Québec, M. Charest a toujours une réputation à réparer et il ferait aussi bien de s’y atteler rapidement s’il ne veut pas avoir de mauvaises surprises.

M. Charest a été défait aux élections de 2012 et depuis 10 ans, il a choisi de se tenir loin de la scène publique. On peut difficilement le lui reprocher quand on sait qu’il faisait toujours l’objet d’une enquête de l’UPAC, l’unité anticorruption qu’il avait lui-même créée.

« John James dit Jean Charest » est tellement malhonnête qu’il préfère dissimuler son véritable nom aux Québécois.

Mais ce n’est pas parce qu’il ne sera pas l’objet d’accusations criminelles qu’il n’a pas d’explications à donner sur des questions d’éthique l’impliquant et sur lesquelles il ne s’est jamais vraiment exprimé.

Par exemple, le rapport de la commission Charbonneau parlait d’un lien, au moins indirect, entre le financement du Parti libéral du Québec et certains contrats gouvernementaux. On a également appris qu’il exigeait de ses ministres qu’ils collectent 100 000 $ par année en contributions au parti. On sait aussi qu’il a caché pendant très longtemps le fait qu’il recevait un salaire supplémentaire de son parti en plus de celui de parlementaire.

Ce ne sont pourtant pas les demandes d’entrevue ou les tribunes qui lui ont manqué.

Quiconque lit ce qui se publie sur les médias sociaux ou a un compte courriel qui reçoit les commentaires du public sait qu’il y a encore beaucoup de gens qui sont troublés par tout cela. Évidemment, il ne faut pas confondre ceux qui s’expriment et la majorité, mais il reste que M. Charest n’a pas fait sa paix avec bien des Québécois sur ces questions.

Les scandales de corruption à répétition de « Patapouf » expliquent que 72% des électeurs du Québec ont une opinion négative du personnage.

Et il faudra aussi parler d’un bilan décidément modeste de sa décennie comme premier ministre. Où est sa Baie James ? Où est sa loi 101 ? Où sont ses Centres de la petite enfance ? Bref, quel est le legs, où est la signature de Jean Charest dans l’histoire du Québec ?

Sa grande victoire en politique québécoise, il l’a remportée avant même de devenir premier ministre. Aux élections de 1998 quand il a remporté le vote populaire, malgré qu’il n’ait pas eu la majorité des sièges à l’Assemblée nationale.

Ce faisant, il a totalement brisé l’élan vers un nouveau référendum pour lequel le Parti québécois cherchait toujours les « conditions gagnantes ». C’est une victoire importante, après tout, il était venu en politique québécoise pour ça.

Mais on dirait qu’après que le vent eut tourné, M. Charest a pu passer les 10 années suivantes à gagner des élections juste en disant le mot « référendum », tant les Québécois ne voulaient pas en entendre parler.

Charest aurait ordonné à sa ministre Christine St-Pierre de cacher un rapport révélant l’impact des politiques d’immigration libérales sur le déclin du français.

Jusqu’à son dernier mandat, qui fut marqué par une crise étudiante qui aurait pu se régler rapidement avec des négociations, mais que son entêtement aura fait durer des mois. Et surtout par des allégations de corruption qui auront mené à l’enquête de la commission Charbonneau.

Comme quoi on peut être un politicien qui sait comment gagner des élections et durer au pouvoir sans pour autant marquer les esprits comme ayant été un grand premier ministre.

[…]

>>> Lire le texte complet de Michel C. Auger

Pour en savoir plus :

John James ou Jean Charest? | Carrefour des lecteurs | Opinions | Le Soleil – Québec

Parti libéral du Québec | L’indignation en chiffres et en aberrations (liberaux.net)

Destituons Patapouf! | Société | Voir.ca

La politique veut-elle encore de Jean Charest? | JDM (journaldemontreal.com)

Charest et les beaux malaises rouges | TVA Nouvelles

Études sur la langue – Charest nie être intervenu | Le Devoir

Voir également

Un « antiraciste » subventionné par Ottawa crache sur les Québécois et prône le meurtre des Juifs

TVA Nouvelles > Patrimoine canadien réévalue le financement accordé à un organisme «anti-raciste» basé à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.