Accueil / Multiculturalisme / Les Anglais contestent la loi 21 sous prétexte d’atteinte aux droits linguistiques

Les Anglais contestent la loi 21 sous prétexte d’atteinte aux droits linguistiques

Journal de Montréal >

Fermement opposée à la Loi sur la Laïcité de l’État, la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) est finalement passée de la parole aux actes en déposant lundi une requête pour faire invalider plusieurs articles de la pièce législative.

Dans sa requête, la CSEM s’appuie sur plusieurs articles de la Charte canadienne des droits et libertés, dont l’article 23 qui assure aux minorités linguistiques du pays le droit à l’éducation dans leur langue, pour faire invalider la loi sur la laïcité.

La commission scolaire croit aussi que la Charte assure un droit exclusif aux minorités linguistiques pour le fonctionnement de leurs écoles publiques.

Elle avait mandaté le cabinet juridique ontarien Power Law pour s’occuper de ce recours juridique. Dans le document obtenu jeudi, il est indiqué qu’au moins «trois enseignantes qualifiées et portant un hijab» n’ont finalement pas été embauchées par la CSEM en raison de la loi du gouvernement caquiste.

«Ces enseignantes satisfont aux besoins et exigences de la CSEM et occuperaient actuellement des postes si elles ne portaient pas de hijab», soutient la commission scolaire dans sa requête déposée en cour.

La CSEM déplore aussi le droit acquis des employés actuels, en soutenant que ces derniers ne peuvent plus prétendre à des postes d’autorité et de direction.

>>> La suite de l’article de l’Agence QMI.

Voir également

« Génocide », « croix gammée », « cruel » : les Mohawks exigent que la croix du mont Royal soit retirée

Métro > Lors d’une conférence de presse donnée au pied du mont Royal le 27 juillet dernier, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.